La forme juridique à adopter dépendra principalement des éléments suivants :

  • Nature de l’activité
  • Nombre d’associés
  • Stratégie de développement de la startup (aurez-vous besoin de lever des fonds, de faire rentrer de nouveaux associés, etc.)
  • Clauses particulières à intégrer vis-à-vis des associés
  • Comment vous allez vous rémunérer (avez-vous besoin d’être salarié de l’entreprise,etc.)

Dans la majorité des cas, les Startups optent pour une SARL (EURL s’il n’y a qu’un associé) ou une SAS (SASU s’il n’y a qu’un associé).

Si vous envisagez de lever des fonds auprès de fonds d’investissements ou de business angels, il sera en général préférable de se tourner vers une SAS car il est quasiment systématiquement demandé d’avoir ce type de structure car ces financements sont souvent encadrés par des règles particulières qu’on ne pourra pas intégrer dans une SARL.

Si vous souhaitez vous développer sur fonds propres, il est tout à fait envisageable de d’opter pour une SARL. Il conviendra tout de même d’évaluer dans quelles mesures vous souhaitez encadrer les règles de fonctionnement de l’entreprise vis-à-vis des associés. En effet, la SAS permet d’être beaucoup plus souple quant à la définition des règles de fonctionnement de l’entreprise, notamment au travers des pactes d’associés.

Si vous en êtes à ce stade de réflexion dans votre projet, il est fortement recommandé de se diriger vers un avocat d’affaires pour avoir un conseil adapté à votre situation.